Un outil au service des entreprises, des facilitateurs et des structures de l'insertion par l'activité économique d'Île-de-France

Temps forts de la troisième instance du GIP Maximilien


Le 7 novembre dernier, s’est tenue à Paris la 3e instance économique et sociale du GIP Maximilien, projet porté par la Région pour rendre les marchés publics plus accessibles aux entreprises (notamment les TPE-PME) dans un contexte de dématérialisation des procédures administratives. Au titre de partenaire, Entreprenons-ensemble y était.

 

Une table ronde animée par Alexis Boudard, directeur du GIP, a permis de présenter le bilan de l’année 2014, notamment les chiffres suivants :
  • une audience multipliée par 2 ;
  • plus de 2 500 avis de marchés visibles quotidiennement ;
  • 3 500 entreprises supplémentaires inscrites ;
  • 9 marchés réservés ESAT/EA ;
  • 114 marchés comportant des clauses sociales ;
  • 248 consultations comportant des aspects environnementaux.

 

Ce fut l’occasion d’annoncer la nouvelle gouvernance du Groupement d’intérêt public Maximilien en la personne de Madame Corinne BORD, Vice-présidente en charge du Personnel, de l’Administration générale et des marchés publics de la Région Ile-de-France, désignée Présidente du GIP lors du premier CA, le 30 octobre 2014 ainsi que 4 Vice-Présidents.

Deux sujets à l’actualité du GIP Maximilien :

  • l’impact de la nouvelle Directive Marchés publics de l’Union européenne ;
  • le dispositif Marché Public simplifié – programme national de simplification « Dites-le nous une seule fois » dont l’objectif est de permettre à une entreprise de répondre à un marché public avec son seul numéro SIRET.

 

Parmi les évolutions attendues du portail, se trouvent les réponses électroniques dont la généralisation est prévue en 2018. Les entreprises présentes ont exprimé leurs besoins d’une uniformisation entre les plateformes du mode de réponse électronique et des exigences techniques. Le GIP proposera une note qu’il diffusera lors de la prochaine instance économique.

La lisibilité des responsabilités en cas de défaillance d’une plateforme et la possibilité de copies de sauvegarde ont également été évoquées.

Le GIP est par ailleurs en cours d’acquisition de certificats de signature électronique pour ses acheteurs afin d’éviter la « rematérialisation » des offres, signature facultative en Marché à Procédure Adaptée (MAPA) mais obligatoire en procédure formalisée.

Les entreprises ont ensuite exprimé leur intérêt de voir ce que les acheteurs font des offres dématérialisées (quels document sont imprimés ?) et ont proposé le partage de bonnes pratiques sur cette question en partant des outils existants.

 

Le Marché Public Simplifié (MPS)

 

« Dites-le nous une seule fois » est l’une des mesures très attendue en matière de simplification.

« En 2017, l’entreprise ne fournira plus aucune pièce justificative produite par l’administration »

Outre la possibilité de répondre avec son seul numéro SIRET, grâce à des documents administratifs déjà disponibles, le MPS présente au rang des nouveautés l’ouverture à la réponse en groupement d’entreprises.

A ce titre, des évolutions pour la co-traitance sont en cours.  

Les commandes publiques parfois non signées avant l’attribution du marché suscitent également des questionnements.

Dans le cadre du MPS, le coffre-fort électronique offre un complément utile pour la réutilisation des documents de candidature déposés lors d’une précédente consultation et prévoit ainsi de connecter les bases existantes entre elles et ne pas multiplier les dépôts.

 

Suite au partage des bonnes pratiques en matière d’achat avec le monde économique et social, Alexis Boudard a clos cette 3e instance en remerciant toutes celles et ceux qui y avaient participé et avaient contribué au projet Maximilien, sans oublier de mentionner le partenariat avec le site « entreprenons-ensemble.fr ».