Entreprenons-ensemble / L'actu / Octobre 2018

Si vous ne visualisez pas la page, cliquez ici

Un outil au services des entreprises, des facilitateurs et des structures de l’insertion par l’activité économique d'Île-de-France

Entreprenons-ensemble / L'actu / Octobre 2018

 

EDITO - Plan pauvreté, les annonces pour l’IAE

Construit sur deux piliers, la prévention de la précarité et l’accompagnement vers l’emploi, le plan pauvreté du Gouvernement met l’IAE à l’honneur. « La stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté », qu’il a dévoilée le 13 septembre, s’appuie sur un budget de huit milliards, annonce-t-il.

« Investir pour l’accompagnement de tous vers l’emploi » est l’un de ses cinq engagements ; il est doté d’un milliard. Pour ce faire, l’État prévoit 100 000 salariés en insertion supplémentaires, avec la création de 5000 postes par an, soit 25 % d’augmentation. Est également prévu une enveloppe de 240 millions dans le cadre du Plan investissement compétences pour la formation des salariés en insertion. Le problème du financement de la formation de ses salariés avait été régulièrement soulevé par les réseaux de l’IAE.  Précisions tout de même qu’une partie de ces nouvelles enveloppes sont en fait du redéploiement, compensant la baisse d’autres aides sociales comme les APL ou les emplois aidés.

Pour mettre en œuvre ses nouveaux engagements, l’État réaffirme son rôle de « service public de l’insertion » tout en souhaitant laisser place à l’expérimentation. À l’appui de cette intention, plusieurs dispositifs innovants sont cités, comme Territoires zéro chômeurs de longue durée, le projet « Convergence » et l’expérimentation Seve de la fédération des acteurs de la solidarité.

Le projet de loi de finances 2019 qui vient d’être soumis au Parlement confirme l’effort significatif de l’État en faveur de l’IAE. Les moyens budgétaires prévus devraient permettre une augmentation d’environ 5000 emplois d’insertion (en Equivalent Temps Plein) par rapport à 2018. Un bémol, cependant, relevé par le collectif Alerte, le sous-effectif chronique de professionnels qui jouent un rôle important dans la mise en œuvre de dispositifs d’insertion et d’emploi : les travailleurs sociaux, les conseillers emploi, les éducateurs.

Reste maintenant à savoir comment les crédits prévus par la loi de finances seront ventilés sur les territoires.

 

Actus

Resto passerelle, pôle territorial de coopération

26 septembre 2018

Formalisé en 2013, le PTCE - pôle territorial de coopération économique - Resto passerelle résulte d’u (...) + d’infos...

Un groupement pour accompagner l’insertion à la RATP

31 août 2018

Cet été, la petite entreprise d’insertion seine-et-marnaise Serviaplus peut être fière d’avoir décro (...) + d’infos...

 

Agenda

L'agenda des achats socialement responsables

18 décembre 2018

Les dates à retenir. + d’infos...

FOCUS SUR

FOCUS SUR

Une voie certifiée vers l’emploi

Le conseil départemental, l’association d’entreprises de travaux publics « Le Regard » et l’entreprise de travail temporaire d’insertion (ETTI) Pro Emploi s’attellent au défi lancé par Île-de-France mobilités. 131 000 heures d’insertion sont en effet imposées pour la construction des infrastructures du T9 par l’autorité organisatrice des transports régionaux. Chargé du suivi de l’exécution des clauses d’insertion, le Département a travaillé, sur ce lot de la création de la ligne de tramway Paris-Orly, avec ces deux acteurs pour cibler les personnes correspondant aux objectifs des marchés clausés.

Une vingtaine de Val-de-Marnais en difficulté ont ainsi été recrutés et bénéficient d’un accompagnement vers les métiers des travaux publics. Leur parcours doit déboucher sur l’obtention du titre professionnel de « constructeur en voirie et réseaux », en adéquation avec les besoins de main d’œuvre des membres du Regard. Ce sont précisément cinq de ses entreprises, Valentin, Emulithe, Paveurs de Montrouge, Eurovia-Massy, Jean-Lefèvre, qui vont accueillir cette cohorte, en alternance avec plusieurs temps de formation, durant plus de dix mois.

Par leur action conjointe, Le Regard et Pro Emploi utilisent intelligemment le levier des clauses d’insertion, dans le but de déboucher, à terme, sur des recrutements en CDI. Créé il y a dix ans pour mieux répondre aux clauses d’insertion, débouchant sur une vraie intégration professionnelle, Le Regard et sa vingtaine de membres peaufine ses modes d’action d’année en année.

La collaboration avec l’ETTI dégage les entreprises des démarches administratives, de l’accompagnement socioprofessionnel des salariés en insertion et soutient le suivi formation et l’intégration en poste. Résultat de cette coopération tripartite qui approche l’insertion par l’activité économique non pas sous l’angle d’un quota d’heures, mais sous l’angle humain : l’accès à un emploi durable.

Ardie /